"Ceci n'est pas une rose"

Ne me collez pas d'étiquettes

Semaine mondiale de l’allaitement (SMAM pour les intimes) 17 octobre 2014

Filed under: Vie de maman — Lilou @ 20:31
Tags: , ,

Cette semaine, c’est la semaine mondiale de l’allaitement. Ici nous sommes à 14 mois d’allaitement, avec zéro biberon de lait artificiel donné, sauf quelques millilitres à la maternité. J’en suis fière, car j’ai réussi à mettre à exécution mon projet. Avant l’accouchement,  je n’étais pas très confiante. J’entendais tant de mamans qui avaient échoué, les mots « crevasses », « engorgement », me faisaient peur. Plus que tout, je redoutais les syndromes de « jaipudlé », « bébéyveutpatéter », « lépanourrissantvot’lait » et autres légendes urbaines. J’avais quand même lu le livre du Dr Thirion sur l’allaitement, qui disait en substance que toutes les femmes peuvent allaiter, encore faut – il qu’elles aient les bonnes informations.
J’aurais aimé avoir un accouchement physiologique mais, faute de préparation adéquate (ça avait l’air si simple dans le livre de Gasquet, mais… rien ne vaut une préparation avec une SF ou, mieux,  avoir une doula), j’ai eu une péri et une injection d’ocytocine de synthèse. Coïncidence ou pas, bébé n’a pas instinctivement pris le sein lors du peau à peau et les 2 premiers jours ont été assez anxiogènes car il ne semblait pas arriver à téter. Mais, passées les premières 48h, mon allaitement a marché comme sur des roulettes.
En fait, il n’y a pas de secret : si vous voulez allaiter, renseignez-vous histoire de ne pas être désemparée au moindre souci, vous éviterez ainsi d’être vulnérable aux conseils soi-disant bien intentionnés ; faîtes – vous confiance ; faites confiance à votre bébé qui sait ce dont il a besoin et ne fais pas de caprices ; ne vous mettez pas la pression, écoutez – vous, écoutez votre corps, vous pouvez arrêter quand vous le souhaitez et seulement quand vous le souhaitez,  il n’existe pas de date limite d’allaitement. Allaiter n’est pas fatigant,  au contraire, pas de bib à préparer la nuit, on se réveille à peine, rien à transporter en déplacement, on peut siester tranquille avec bébé qui tète… Les crevasses et autres lymphangites existent, c’est vrai, mais on en vient à bout rapidement si on sait ce qu’il faut faire et elles ne sont pas systématiques (je touche du bois : je n’en ai pas encore eu une seule). On ne devient pas « esclave » de son bébé, c’est vrai que lors des « jours de pointe » on a un bébé greffé au sein mais c’est maximum 72h toutes les 6 semaines et encore,  là aussi, ce n’est pas systématique. Mon bébé a souffert (et encore aujourd’hui mais c’est bien moins fort et seulement épisodique) d’un RGO interne, il était très demandeur, les tétées commencent tout juste à s’espacer de 3h, mais ce ne sont pas ces dernières qui m’ont fatiguées,  ce sont les pleurs inconsolables que même elles ne calmaient pas.
Bref, allaiter c’est tout bénef, pas seulement pour bébé.

En Égypte,  c’est une évidence d’allaiter, la grande majorité des futures mamans allaitent à la naissance. Ce n’est pas très bien vu de ne pas essayer, donc je ne sais pas si on peut parler d’un choix. Le paradoxe c’est que les mamans sont très mal renseignées. La majorité des médecins préconisent l’allaitement jusqu’à 6 mois, mais ces mêmes médecins recommandent d’arrêter rapidement d’allaiter la nuit (en remplaçant les tétées de nuit par des tisanes pour bébé), d’introduire des farines (ah pardon, on dit « céréales infantiles » maintenant,  gnark gnark) à 3 mois (cf. le syndrome « lépluassénourrissantvot’lait »). De même, les conseils des femmes plus âgées ne sont pas toujours à propos. Le nombre d’anecdotes sur le bébé affamé parce que le lait de sa mère était en fait de l’eau que j’ai pu entendre ! Pour finir, la pudeur s’impose en public : impossible d’allaiter devant un homme, même de la famille (peut-être pas son père ou son frère, mais plus éloigné que ça, ça coince) alors imaginez dans un lieu public ! Il faut déjà cacher ses épaules et ses genoux… Bref, allaiter ne va pas de soi pour la génération actuelle des mamans, l’allaitement mixte est d’ailleurs la norme,  d’après ce que j’ai pu constater, et pas seulement dans les classes moyennes, ma concierge donne également du LA.
Par contre, allaiter est très bien vu. Moi qui m’étais bien renseignée et étais sûre de mes infos, j’ai pu éviter les pièges des mauvais conseils et je n’ai eu que des encouragements et des félicitations, venant de mon entourage proche comme des collègues de travail. Je commence tout juste à avoir des mines étonnées quand je dis que j’allaite encore, mais aucune pression pour arrêter venant de ma belle famille qui, au contraire m’a toujours soutenue et encouragée,  ma BM la première.
J’apprécie tellement d’allaiter et j’ai tant de peine en voyant ces mamans qui ont le désir d’allaiter,  qui veulent le mieux pour leur bébé mais sont victimes de la désinformation et finissent par baisser les bras, que l’idée de créer une association d’aide à l’allaitement est en train de germer dans ma tête.

Affaire à suivre.

Publicités