"Ceci n'est pas une rose"

Ne me collez pas d'étiquettes

Remettre en question la démocratie ? 31 janvier 2012

Aller, un petit article philosophico-politique ( de comptoir ? à vous de juger ).

La démocratie, on nous l’a expliqué à l’école, c’est le pouvoir politique au peuple, « le peuple gouverné par le peuple ». C’est le meilleur régime du monde, c’est merveilleux, c’est magnifique, surtout ne le remettez pas en question !

Personnellement, je n’ai pas vraiment la fibre démocratique. Je suis un petit peu trop misanthrope pour ça. J’aurais tendance à dire que la méritocratie donnerait un meilleur résultat et serait plus propice à aller dans le sens du progrès. Pourtant, je ne peux pas vraiment suivre cette idée jusqu’au bout, car qui définira les meilleurs et selon quels critères ? Y’a qu’à voir le système scolaire : je ne suis pas toujours convaincue que ceux qui en sortent au plus haut niveau soit forcément les meilleurs… Ni du point de vue de l’intelligence, ni du point de vue moral. Ce sont plutôt ceux qui sont les mieux fondus dans le moule ( pas tous, bien sûr, mais quand même ), du coup quel progrès espérer de ceux qui ne sont pas prédisposés à la remise en question personnelle et du système ? On pourrait définir les meilleurs comme ceux qui pensent, les philosophes au vrai sens du terme, qui recherchent la vérité. Mais dans ce cas-là, difficile de faire des choix : nous sommes tous des philosophes en puissance, encore faut-il nous mettre dans les conditions propices à la réflexion ( entendez pas là : pas de travail à la chaine et pas de TF1, héhé ). Et nous voilà retombés vers l’idée que la démocratie est le meilleur des régime. Il n’est pas le régime idéal, mais il est le meilleur.

Oui, mais : vivons-nous vraiment en démocratie ? Il me semble qu’il y a de quoi se poser la question quand on voit que le peuple est tout le temps mécontent. Vous allez me dire : mais les français râlent tout le temps, c’est un sport national ! Certes, mais sommes-nous bien les seuls ? Ni a-t-il pas quelques bonnes raisons d’être mécontents ? Je ne suis ni économiste, ni politologue mais je vais quand même essayer une petite analyse.

Il paraît que la pauvreté augmente en France et en Europe. Si, si, c’est vrai, c’est l’observatoire des inégalités qui en donne les statistiques ICI et LA. Vous allez me dire « Attention, leur définition de la pauvreté est un peu large, ils prennent les gens qui sont à moins de 50 ou 60% du revenu médian mais ça peut aboutir à un revenu tout à fait raisonnable ». Si vous pensez que 795€/mois pour une personne seule et 1600€ pour une famille avec deux enfants de moins de 14 ans, ça suffit pour vivre correctement, donnez-moi des propositions de budget en commentaires. Mais le problème ce n’est pas vraiment si ces sommes-là suffisent pour vivre. Le problème c’est : pourquoi le taux de pauvreté augmente en Europe depuis les années 2000 alors que les richesses ne diminue pas ( sauf un peu en 2008 et 2009 ) et, surtout, pourquoi les richesses sont-elles si mal réparties ( chiffres par ICI ) ? Qu’on m’explique comment est servi l’intérêt du peuple, là !? Alors, oui, il y a la fameuse crise qu’on nous ressort à tout va. Je vous mets une vidéo en bas de cet article qui vous expliquera que la crise n’est pas forcément une fatalité et surtout qu’elle profite aux plus riches, qui pourtant l’ont provoquée, pendant que les pauvres en subissent les conséquences alors qu’ils sont innocents.

On ressort toujours les mêmes arguments à ceux qui se révoltent de cette situation et voudraient une meilleure répartition des richesses : ce sont les riches qui produisent de la richesse, si on commence à les taxer ils vont arrêter de produire, ce sera encore plus la crise et on sera bien avancés. Sauf que non : les riches ne s’enrichissent pas en produisant de la richesse : ils s’enrichissent en spéculant et la spéculation n’est pas source de richesse, au contraire elle provoque des crises. Et puis, franchement, vous croyez vraiment que les riches arrêteraient de travailler s’ils gagnaient juste un peu moins ? Les pauvres gagnent moins et continuent de travailler, eux… Et puis, qu’ils arrêtent de travailler ! On les remplacera et en mettant leurs entreprises au service de la masse, pas d’un petit groupe. Bon vent ! Arrêtez de croire que les plus riches sont plus riches parce qu’ils sont meilleurs en business : ils sont plus riches car ils sont plus immoraux, c’est tout. Pour ceux qui auront la flemme de regarder les 2h30 de la vidéo, je vous résume un peu ce que dit Miret Zaki : ce sont les raiders et autres hedge funds qui provoquent les crises que nous subissons. Pour engendrer des profits, ils « attaquent » des monnaies ou des entreprises, provoquant la déstabilisation ( voire la faillite dans le cas de la Grèce ) de l’économie de pays entiers. En effet, quand ils lancent une attaque sur une valeur, les plus petits actionnaires suivent bêtement et vendent. Les hedge funds, eux, y gagnent car ils avaient parié sur l’effondrement de la valeur en question.

Je ne crois pas que les inégalités soient une fatalité. Il faut juste que le système politique soit véritablement démocratique et juste pour pouvoir empêcher qu’une minorité profite du système. Vous ne trouvez pas ironique que ce soient les pauvres qui « profitent du système » qui sont montrés du doigt et non les riches ? Profiter du système, c’est normal, c’est plutôt le signe que le système est bon si on en profite au lieu de le subir, non ? Le problème c’est quand tout le monde n’en profite pas également. Il faut donc revoir notre régime politique qui n’est pas une démocratie puisqu’une seule ( aller, deux, si vous considérez que les chômeurs de longue durée et autres familles nombreuses sont des profiteurs ) catégorie(s) de personne en profite(nt). Etienne Chouard, dans la vidéo ci-dessous, l’explique très bien mais, encore une fois, je vais résumer pour les plus paresseux. Dans notre système politique, le seul pouvoir qu’a le peuple c’est d’élire ses représentants. Ceux-ci sont des membres de partis politiques, qui ont chacun leur petit business pour choisir lequel sera candidat ( pas très joli-joli ce business si vous voulez mon avis… ) et surtout qui sont financés par le monde de la finance. Une fois au pouvoir, vous voudriez que ces gens, qui ont été payés par les plus riches, restent impartiaux et prennent des mesures pour limiter leurs pouvoirs et leur richesse ? Il y a clairement un conflit d’intérêt. Et ça ne changera pas tant qu’on ne changera pas de système pour choisir nos représentants. Même si on essaie de changer de Constitution, comme plusieurs partis politiques le proposent dans leur programme ( la fameuse VIème République qui résoudra tous nos maux ), si la Constitution est écrite par ceux qui ensuite seront élus, il y a encore conflit d’intérêt. Il faudrait effectivement changer de régime et pour cela choisir, par tirage au sort, un groupe de citoyens, qui seraient ensuite inéligibles pendant un certain temps, pour élaborer une nouvelle Constitution.

Sur quels principes fonder une vraie démocratie ? Je vais présenter un petit modèle légèrement utopiste ( mais à mon avis complètement réalisable sur le très long terme, d’abord à l’échelle d’un pays, puis de petites régions et enfin au niveau mondial ). Selon moi, la démocratie ne peut pas se faire à trop grande échelle. D’une part car il est ridicule de chercher à mettre tout le monde d’accord sur tout. D’autre part car, ne pouvant mettre tout le monde dans la même pièce ( encore que, avec internet ça devient virtuellement possible, mais là on tombe sur le problème déjà cité ), il faudrait déléguer et on retomberait dans les mêmes problèmes que nous avons déjà. Pour être réelle, la démocratie doit être participative. Les gens doivent pouvoir élaborer leurs propres lois, par eux-mêmes et les voter eux-mêmes. La démocratie s’exercerait donc à très petite échelle : une ville moyenne. On peut regrouper ( ou pas ) plusieurs petits village et au contraire diviser les grandes villes en arrondissements. Seule, la Constitution, définissant la répartition des pouvoirs et rien d’autre, serait valable à l’échelle mondiale. Il n’y aurait pas de frontière ni de nationalité, mais chacun devrait justifier d’un domicile à un certain endroit ( et vraiment justifier, c’est-à-dire y résider réellement ) pour pouvoir y exercer sa citoyenneté. Pour l’économie, je m’y connais peu, mais il me semble que si l’on pouvait supprimer les marchés ça serait déjà une bonne chose. Comme je l’ai déjà exposé dans mon article sur le travail, on pourrait arrêter de chercher le profit à tout prix et diminuer le temps de travail. Réduire les domaines du travail à proprement parler au maximum. Produire localement. Mettre l’accent sur l’enseignement, la recherche, la médecine, l’art. Réhabiliter socialement la valeur du loisir.

Qu’en pensez-vous ?

Voilà la vidéo qui m’a donné l’idée de l’article et un lien qui reprend les idées principales et dont le forum propose d’élaborer les principes fondamentaux d’une nouvelle Constitution.

Publicités