"Ceci n'est pas une rose"

Ne me collez pas d'étiquettes

Des nouvelles de la méthode Lafay 20 août 2012

Filed under: Santé,Vie pratique — Lilou @ 23:18
Tags: , , , ,

Début avril, je vous parlais de la méthode Lafay que je commençais tout juste à découvrir. Quatre mois plus tard, je peux vous faire un petit bilan.

 

Pour récapituler, la méthode préconisait de commencer par un mois d’étirements avant de passer aux exercices de musculation, ceci dans le but d’avoir des muscles souples et longs pour ne pas tirer sur les articulations. C’est donc ce que j’ai fait, mais en réalité ça a duré plus d’un mois car j’ai arrêté au milieu faute de temps. Bon, une séance d’étirement dure au maximum 45 minutes si vous faites tous les exercices pendant environ 30 secondes chacun, ce n’est pas le bout du monde mais au début ça sonne quand même comme une contrainte, donc je n’avais pas vraiment envie de trouver le temps. C’est un tort, car c’est vraiment très relaxant (bon, ça tire, je ne vous mentirais pas, c’est quand même plus dur que de boire un verre au bord de la piscine, mais plus relaxant aussi) et ça sculpte le corps au moins autant que la musculation.

 

Petite précision intermédiaire : quand je dis « musculation », ici, je ne parle pas des exercices en salle de sport avec toutes les machines, les altères, etc. Je parle du fait de se muscler d’une manière générale et plus précisément avec les exercices que propose la méthode Lafay et qui n’utilise que le poids du corps et quelques accessoires comme des chaises, cadre d’une porte, bref ce que tout le monde a chez soi.

 

On voit tout de suite la différence en termes de souplesse, les exercices difficiles à faire au début deviennent vite faciles à réaliser, c’est encourageant. Je suis donc passée à l’étape suivante. Selon les objectifs de chacun, la méthode propose différents exercices et différentes fréquences. Personnellement, je tiens seulement à me garder en forme, je ne veux ni perdre du poids ni prendre du volume en muscle, aussi ai-je choisi un programme léger : 2 séances de musculations et 2 d’endurance (au choix : jogging, vélo, corde à sauter) par semaine + une séance d’étirement (sachant que l’étirement est obligatoire après la muscu et l’endurance de toutes façons). Ça fait donc une séance par jour en semaine, qui dure entre 1h et 1h30 (moins pour le jour où il n’y que les étirements) et rien le week-end.

 

Là encore, je n’ai pas suivi à la lettre le programme, étant en vacances je sautais souvent une séance, mais j’ai quand même était régulière avec au minimum une séance de muscu et une d’endurance par semaine.

Ça ne m’a pas empêchée de voir les résultats ! Corps plus ferme et surtout mieux sculpté, ça fait plaisir ! Tout ça avec quand même très peu d’efforts, à chaque fois ce sont les étirements qui durent le plus longtemps et je ne fais pas autant de séries que ce qui est préconisé dans la méthode. Je n’ai pas pris de mesures de mes tours de hanches, taille et bras pour un comparatif avant/après, ça ne doit pas avoir énormément changé non plus, mais à vu d’œil c’est déjà très bien (et ce n’est pas que moi qui le dit ^^).

 

Voilà, donc bilan très positif pour cette méthode, plutôt simple et qui n’en demande pas trop, ce qui permet de ne pas se décourager. Pour tous ceux qui peuvent/aiment prendre des cours de fitness ou aller en salle de muscu, je ne crois pas que la méthode Lafay donne des résultats significativement différents. Mais pour ceux qui, comme moi, n’ont pas accès à des cours en salle, ou encore ceux qui préfèrent avancer à leur rythme et tranquille à la maison, je recommande vivement cette méthode ! (et je ne touche pas d’argent pour cet article ^^ mais comme j’ai pas eu à acheter le bouquin car on me l’a passé, je peux quand même leur faire un peu de pub, héhé)

 

Rester en forme : la méthode Lafay 8 avril 2012

Filed under: A voir, à lire, à écouter,Santé — Lilou @ 17:37
Tags: , , ,

 

Je ne suis pas du tout une accro du sport, petite j’ai vaguement fait de la danse classique puis un peu plus sérieusement – mais avec des performances déplorables – de l’équitation et finalement un peu de fitness au lycée. Puis plus rien, pour ma plus grande satisfaction.

 

Récemment, comme tout végétarien, je me suis beaucoup documentée sur l’alimentation et la santé, ce qui m’a menée, inévitablement, à remettre en question mon refus catégorique du sport. En effet, pour être en bonne santé, l’alimentation est importante mais un régime alimentaire équilibré n’est pas suffisant, surtout pour des sédentaires comme moi.

 

Soucieuse de bien faire, convaincue désormais que le sport était important pour moi sans pour autant être prête à m’inscrire dans un club de sport – trop de contraintes, trop de superficialité – je me suis rappelée de quelques exercices de fitness pour me concocter des séances d’une demi-heure à trois-quart d’heure, trois fois par semaine.

Ce programme me convenait bien jusqu’à ce qu’on me prête la méthode de musculation Lafay.

Couverture de la méthode pour femmes

Elle est couplée avec une méthode de nutrition qui, elle, ne m’a pas du tout convaincue étant donné qu’elle prône une ration quotidienne de viande à ne surtout pas réduire… Ainsi que des repas composés de tous les groupes alimentaires, ce que j’ai arrêté de faire depuis plus de 3 ans pour mon plus grand bien-être.

Cependant, la méthode de musculation m’a paru des plus censées. Elle comporte grosso modo trois principes ( en plus de l’alimentation « équilibrée » ) :

  • Endurance
  • Musculation
  • Souplesse

Attention, « musculation » ici ne signifie pas « bodybuilding », mais simplement entretien de la masse musculaire avec éventuellement perte ou gain de poids selon vos objectifs.

La méthode est bien expliquée, des programmes hebdomadaires sont proposés selon plusieurs profils ( axé sur l’endurance / sur la musculation / sur l’entretien / généraux / ciblés sur des parties du corps ).

Ce qui m’a particulièrement plu, c’est que la méthode demande d’abord de « rééquilibrer » le corps par des exercices de souplesse avant de commencer la musculation proprement dite. En effet, si vos muscles sont courts vous allez forcer sur vos articulations et les user, vous serez tout le temps tendu et vous risquez davantage de vous blesser lors des exercices. Il est également important d’avoir une colonne vertébrale bien étirée, afin d’éviter le plus possible des hernies discales.

 

Le programme débute donc par un test de souplesse dont les résultats déterminent si vous pouvez commencer la musculation tout de suite ou après un à trois mois de rééquilibrage. Pendant ce rééquilibrage – j’ai eu une « prescription » d’un mois – qui consiste en des séances quotidiennes d’étirements de tout le corps, on commence déjà les changements alimentaires ( commencés pour moi depuis que je suis végé ) et l’endurance : deux à trois séances par semaine de jogging, vélo, rollers ou corde à sauter.  L’endurance permet la perte de poids si on réduit son apport calorique, mais elle est surtout indispensable pour muscler le cœur – et j’en ai sacrément besoin, mon pouls est de 75pulsations/minutes !

 

J’ai donc commencé les exercices de souplesse, qui sont très complets et facile à réaliser. J’ai oublié de vous dire : l’avantage principal de cette méthode pour moi est qu’elle ne demande aucun matériel ( sauf une barre pour se suspendre, ce que je n’ai pas, donc deux étirements me sont impossible à réaliser ), vous pouvez donc commencer tout de suite et, si vous vous découragez, vous n’avez pas perdu d’investissement.

Au fur et à mesure de mon avancement, je publierai de nouveaux articles pour vous faire part de vos impressions.

 

Et vous, que faites-vous pour vous maintenir en forme ?

 

Mon premier panier bio 9 février 2012

Filed under: Santé,Vie pratique — Lilou @ 18:24
Tags: , ,

Par hasard, en discutant avec une de mes collègues, elle me raconte qu’un ami à elle est le propriétaire d’une grande ferme bio et qu’il lui livre à domicile des paniers bio. J’ai tout de suite pris le numéro de téléphone, pensez bien !

Voilà leur site :Makar Farm

Même principe que le panier bio en France : on vous met un assortiment des meilleurs produits de la semaine. Makar propose un panier à 50LE et un à 100LE. Notez que sur le site vous pouvez aussi choisir de faire une commande « normale » c’est-à-dire en choisissant les produits et leur quantité.

Pour tester, j’ai pris un panier à 50LE. Très contente de ce qui m’a été livré :

  • 2 petites Batavia
  • environ 1/2kg de tomates vertes
  • 2 gros fenouils
  • 4 endives
  • un petit chou romanesco
  • un petit chou violet
  • des branches de blettes colorées ( je dirais dans les 400gr, j’avoue que j’ai pas pesé )
  • un sachet de ciboulette
  • un sachet de roquette

Livré il y a dix jours et je n’ai pas encore tout fini.

En image :

Premier panier bio

 

Les bases de l’équilibre acido-basique 29 janvier 2012

Filed under: Cuisine,Santé — Lilou @ 18:33
Tags: ,

Bon, la mauvaise nouvelle dans l’histoire, c’est que manger équilibré à tous points de vue ce n’est vraiment pas un jeu d’enfants ! La bonne nouvelle, c’est qu’on peut quand même y arriver en réfléchissant un petit peu.

En général, on n’entend assez peu parler de l’équilibre acido-basique, peut-être parce que les recherches à ce sujet sont encore peu nombreuses, peut-être aussi parce que les résultats ne plaisent guère aux lobbies de l’industrie de la viande et des produits laitiers ( moi je dis ça, je dis rien… ). Pourtant, il me semble primordial de connaître les bases des principes de l’équilibre acido-basique.

Tout d’abord, je ne vais pas commencer par vous expliquer ce qu’est le pH. D’abord, parce que vous en avez déjà entendu vaguement parler ; ensuite, et surtout, parce qu’il s’agit d’ions et de protons et de je-ne-sais-quoi qui me dépasse complètement. On retiendra seulement ce qui est à notre portée : le pH détermine l’acidité d’une solution ou d’un milieu. Dans le corps humain, chaque milieu ( le sang, la peau, les nerfs, les reins, le tube digestif, etc. ) a un pH optimum : il ne doit être ni plus acide ni plus alcalin ( le contraire d’acide, da ! ), sinon ça commence à déconner.

Or, notre hygiène de vie moderne contribue à acidifier notre corps. Et nous savons tous que l’acide ça ronge, on nous l’a montré en cours de SVT à l’école. Évidemment, ce n’est pas aussi spectaculaire que de plonger un morceau de sucre dans de l’acide sulfurique comme vous pouvez le voir sur cette vidéo : Effet de l’acide sulfurique sur du sucre mais le principe est le même.

Qu’est-ce qui cause l’acidité chronique ( ou acidose ) ? Trois facteurs sont en jeu :

  1. L’alimentation trop acidifiante ( on verra plus loin comment équilibrer son alimentation )
  2. Le manque d’oxygénation : la vie de citadin sédentaire c’est pas top niveau oxygène. Privilégiez les sorties à la campagne et surtout le sport ! Travaillez votre respiration !
  3. Le stress, le surmenage et le manque de sommeil. Pas de scoop ici, on nous a toujours dit que c’était mauvais pour la santé ! Si notre organisme est fatigué, notre métabolisme se ralentit et n’élimine plus aussi bien les toxines.

Inutile de rajouter que fumer et boire ça n’aide pas et que certaines maladies, comme une insufisance rénale, peuvent aussi être la cause d’une acidité exagérée de l’organisme.

Avant de voir les remèdes, examinons un peu les symptômes. Il faut garder en tête qu’acidité rime avec toxicité : d’une manière générale, l’acidification du corps entraîne une accumulation des toxines.

  • Déminéralisation : ce sont les minéraux qui ont de fortes propriétés alcalifiantes et comme le corps ne peut pas supporter une trop grande acidité, il va compenser en cherchant dans l’alimentation ; mais si l’alimentation est elle-même trop acidifiante, il va devoir puiser dans les réserves en minéraux du corps, soit les os, les dents, les cartilages… Qui dit déminéralisation dit fatigue, vieillissement, ostéoporose, troubles du système nerveux ( insensibilité à la douleur, migraines ).
  • Infections : l’acidité du système digestif détruit la flore intestinale, dont le rôle immunitaire est important et le surplus de toxines empêchent les échanges nourriciers entre cellules de se faire normalement ainsi, à terme, les tissus se réduisent et sont rongés, donnant lieu à des tas de problèmes comme les cystites, l’eczéma, les mycoses, les gastrites…

Vous ai-je dit que la plupart d’entre nous est concerné par l’acidose ? Pour le mesurer, il faudrait tremper une bandelette à pH dans votre urine ( je vous propose des trucs super sympa à faire, quand même ! ) et le résultat ne devrait pas se situer en dessous de 6,5. Toutefois, il n’est pas encore prouvé que l’acidité de l’urine corresponde obligatoirement à une acidité du système digestif et du sang. Personnellement, je préfère prévenir que tester : je vais appliquer ces principes qui, a priori, ne peuvent être que bénéfiques, peu importe si je suis en acidose ou pas.

Nous venons enfin au fait : que faire pour préserver son équilibre acido-basique ?

1. Du sport : une demi-heure pas jour c’est l’idéal, même si ce n’est que de la marche. Trois fois par semaine une séance de 45 minutes de sport, quel qu’il soit. Cela favorise l’oxygénation. Si, comme moi, vous ne pouvez pas faire de jogging près de chez vous et que vous n’aimez pas les salles de sport et autres clubs car vous êtes asociaux et/ou désargentés, vous pouvez mettre de la musique chez vous ( celle que vous aimez, personnellement il n’y a que la house qui me motive ) et faire votre propre séance : 200 abdos faciles et 200 fessiers faciles sur votre tapis de sol, des fentes et autres exercices de gym ( vous trouverez toutes sortes d’exercices expliqués en vidéo sur Youtube ), puis vous pouvez terminer par un petit jogging sur place ou de la corde à sauter ( qui peut très faire se faire sans corde à sauter : il suffit de sautiller sur place, envoyer les jambes à droite et à gauche, talons/fesses, etc. ). Attention, ce n’est pas parce que vous êtes chez vous que vous pouvez faire n’importe quoi : pas de sauts ni jogging sans bonnes chaussures de sports, hydratez-vous bien, attendez environ 3 heures après un repas avant de faire votre séance.

2. Des séances de relaxation : il y a plusieurs méthodes pour se relaxer, l’essentiel étant de bien se concentrer sur sa respiration. Pour ma part, ce que je fais : je m’allonge sur le dos sur un tapis de sol ( mieux que le matelas mais si vous n’avez que cela, ça fera l’affaire, sans coussin sous votre tête, il faut être à plat – sauf si vous avez des problèmes de dos, dans ce cas pliez les genoux ) et je respire « intégralement » c’est-à-dire que, en commençant toujours par l’expiration, je souffle par la bouche à peine entrouverte, tout doucement, en commençant par vider mon bas ventre en contractant les abdos, puis le diaphragme, lorsque que mon ventre est creusé je passe aux poumons, on doit sentir la cage thoracique se rétracter et enfin les épaules « retombent » ( vu que vous êtes allongés c’est pas flagrant mais vous devez le ressentir ) ; une fois l’expiration terminée ( en général elle dure le temps de compter lentement jusqu’à 8 ), je bloque ma respiration les poumons à vide pendant une à deux secondes et enfin j’inspire, par le nez cette fois, très lentement aussi, dans le sens inverse de l’expiration ( da ! ) soit d’abord les épaules puis la cage thoracique qui prend de l’ampleur, le diaphragme se détend, le ventre se gonfle ( ça dure un peu moins longtemps que l’expiration, en comptant jusqu’à 6 ), je bloque encore la respiration cette fois les poumons pleins et enfin j’expire. Une dizaine de respirations profondes par jour sont excellentes pour la santé et pour le moral. Quand vous serez habitués à respirer profondément, profitez-en pour vous concentrer sur vos muscles, pour les relâcher ( un muscle contracté produit de l’acide lactique donc contribue à l’acidose ).

3. Manger davantage alcalin ( ça se dit pas, mais je le dis quand même ) : alors là, je ne vais pas vous cacher qu’en lisant des articles qui vous présentent des tableaux d’aliments acidifiants, peu acidifiants, alcalifiants, très alcalifiants, etc. je me suis d’abord dit « Quelle plaie cette histoire d’équilibre acido-basique, je dois faire tous mes repas en regardant les listes, relou !! » Donc, si vous êtes intéressés par les listes allez ici ou mais personnellement je préfère vous l’épargner. Gardez en tête qu’un aliment peu avoir lui-même un pH acide ( qui se traduit par un goût acide ) mais être alcalifiant car riche en minéraux : l’exemple phare est le citron, très acide au goût, mais très alcalifiant une fois dans l’estomac. Il ne s’agit pas d’éliminer complètement les aliments acidifiants mais de les relayer au second plan : maximum 40% de votre alimentation. N’abusez pas de

  •  viandes – bon, si vous êtes végétarien c’est déjà bien parti, héhé, sinon vous pouvez consommer jusqu’à 1 gramme de protéines par kilo corporel, n’oubliez pas dans vos comptes que la viande contient 20% de protéines mais qu’elle n’est pas la seule à en contenir, fuyez le régime Dunkan
  • sucres – surtout essayez de fuir le sucre blanc, c’est le pire niveau acidité, préférez le sucre de canne non raffiné, la mélasse, le sirop d’érable, fuyez aussi les sodas, même lights, les céréales pour petit-déjeuner, les sucreries en tout genre,
  • thé et café un de chaque par jour maximum, car ils favorisent la déminéralisation, en revanche vous pouvez faire des infusions d’avoine, d’orties ou de trèfles rouges ( bonne chance pour les trouver, par contre ),
  • produits laitiersvotre pire ennemi, c’est le yaourt, très très acidifiant, ne donnez pas de yaourts à vos enfants en croissance en pensant que ça va solidifier leurs os, c’est tout le contraire ! quant à vous, évitez au maximum, les fromages durs et vieillis sont les plus acidifiants, réduisez-en votre consommation, le lait, en revanche, est plutôt alcalifiant,
  • légumineuses comme la viande, elles contiennent des protéines, mais elles sont quand même moins acidifiantes,
  • fruits et légumes acidifiants – comme la tomate ( viande sauce tomate, fuyez ! ), les épinards.

Compensez avec 

  • des légumes alcalifiants – haricot, brocoli, pomme de terre, patate douce, carotte, salade verte, betterave, choux ( le chou de Bruxelles un peu moins )
  • l’oignon et l’ail  ( parfois classés comme alcalifiants parfois comme acidifiants… si quelqu’un peu m’éclairer, je suis preneuse ) qui sont des alliés de choix car on peut les mettre dans la plupart des plats acidifiants ( notamment les légumineuses ) pour compenser,
  • des graines germées la germination augmente la teneur en minéraux,
  •  des fruits alcalifiants la banane en tête, mais aussi les pommes, les poires, les châtaignes, le citron, l’orange est parfois citée dans l’un ou l’autre groupe. Attention : les fruits sont à manger environ une heure avant les repas et non pas en dessert ! En effet, les fruits contiennent des sucres rapides qui ne doivent pas rester trop longtemps dans l’estomac sous peine de fermenter ( vive les ballonnements après… ). De plus, manger des fruits avant le repas permet de faire le plein de vitamines ce qui va faciliter l’absorption des nutriments apportés par le repas ( manger une orange avant un plat de lentilles par exemple favorise l’absorption du fer ).

Les céréales sont à consommer complètes de préférence car elles seront plus riches en minéraux, le pain est acidifiant, attention, mieux vaut ne pas l’associer aux fromages par exemple. Mâcher longuement ses aliments les rend moins acides car la salive est alcalifiante. Manger suffisamment de fruits et légumes crus, ne manger ni trop chaud ni trop froid.

Maintenant que vous avez lu tout ça, vous vous dites comme moi que c’est une véritable prise de tête ! C’est vrai que ça fait beaucoup d’informations en une seule fois, mais si vous laissez reposer tout ça et que vous y revenez en comparant à vos repas habituels, vous vous rendrez compte que ce n’est pas la mer à boire quand même !

NB sur le vocable utilisé : vous avez peut-être remarqué que j’utilise l’adjectif  « alcalifiant » et non le participe présent « alcalinisant » contrairement à la plupart des articles sur le sujet. C’est juste que je sais parler français, pas comme les autres. En effet, un participe présent peut être utilisé comme adjectif verbal mais souvent les formes changent ( fatigant/fatiguant ) et c’est le cas pour le verbe alcaliniser.

 

Anémie, vitamines B9 et B12, ce qu’il faut savoir quand on est VG et aussi quand on ne l’est pas 14 janvier 2012

Filed under: Santé — Lilou @ 16:31
Tags: , , , , ,

Le coup de l’anémie, quand vous dites que vous êtes végétalien, vous avez quand même 90% de chance de le rencontrer. Et c’est certainement un des rares à prendre au sérieux. Voilà pourquoi.

Commençons par définir ce qu’est l’anémie ( version l’anémie pour les nuls, encore une fois je ne fais pas d’articles de médecine, je me contente de synthétiser des informations simples à l’usage de tout un chacun ) : il s’agit d’un manque de globules rouges dans le sang. Au cas où vous auriez oublié vos cours de sciences du collège, les globules rouges transportent l’oxygène, donc c’est quand même difficile de s’en passer. Aussi l’anémie est-elle  un problème grave, à ne pas prendre à la légère. Cependant, l’anémie touche 25% de la population mondiale ( notamment les femmes et encore plus les femmes enceintes ) ce n’est donc pas un problème strictement lié au végéta*isme.

Il y a plusieurs causes d’anémie, principalement des carences en fer, vitamine B12 et folates ( petit nom de la vitamine B9 ). Ces carences peuvent être dues à une mauvaise assimilation par l’organisme, mais ce cas ne nous intéresse pas ici. Nous nous focaliserons sur les carences dues à un apport alimentaire insuffisant.

Carence en fer

Les apports nutritionnels recommandés ( ANR ) sont de 18mg/jour de fer pour une personne adulte. Il faut savoir qu’il existe deux formes de fer : le fer héminique d’origine animale et le fer non héminique d’origine végétale. Le second étant moins bien absorbé par l’organisme ( 5% d’absorption contre 25% pour le fer héminique ).

Toutefois, les végéta*iens n’ont pas trop de soucis à se faire : d’une part, il existe des « parades » pour bien absorber le fer non héminique comme de l’accompagner de vitamine C ( présente dans les agrumes entre autres ) ou de cuire ses aliments riches en fer et de ne pas consommer de vins ou de thé en même temps ( la faute aux tannins qui favorisent l’élimination du fer, le fameux effets « antioxydant » qu’on nous vend justement ), d’autre part il existe un paradoxe du végétalisme car les végétaliens, avertis de leur risque de carences, diversifient au maximum leur alimentation, ce qui n’est pas le cas des omnivores, lesquels, pour en rajouter une couche, consomment beaucoup ( trop ) de produits laitiers dont l’apport en calcium inhibe l’absorption du fer par l’organisme.

De plus, si la carence en fer est grave pour la santé, son excès semble l’être tout autant ( les études ne sont pas encore assez claires à ce sujet, mais on commence à le prendre très au sérieux ). Et c’est pourquoi on nous bassine avec les antioxydants comme le thé vert qu’on nous sert à toutes les sauces. Si on consommait moins de fer, on n’aurait pas besoin d’antioxydants. CQFD.

Pour en savoir plus, notamment les ANR et les sources de fer, allez voir ICI

Carence en vitamine B9 ( ou acide folique ou folate )

La vitamine B9 est très importante pour notre corps car elle participe à la formation de l’ADN/ARN et donc au renouvellement cellulaire, notamment, en ce qui concerne notre sujet,  pour la production de globules rouges mais elle est aussi indispensable au système nerveux et au système immunitaire.

Bonne nouvelle, la vitamine B9 est d’origine végétale ! Elle est aussi présente dans les abats, normal car c’est là que les animaux ( et nous y compris ) font leur stock de vitamines ! Les végéta*iens ne devraient donc pas trop s’inquiéter. Un petit bémol toutefois : les femmes enceintes. En effet, la plupart des femmes enceintes, végétaliennes ou omnivores, devraient être complémentées en acide folique dont la carence peut être très grave pour le développement du fœtus ( logique, on vient de dire qu’elle était indispensable à la formation des cellules ! ). L’ennemi de la vitamine B9 pour les femmes enceintes : la pilule. En effet, cette dernière épuise les réserves, ce qui fait qu’une femme qui tombe enceinte moins de 6 mois après l’arrêt de sa pilule est carencée, ce qui peut affecter le développement du fœtus. Il faut absolument demander conseil à son médecin et se complémenter dès le début du projet de grossesse.

Pour de plus amples renseignements, cliquez ICI

Carence en vitamine B12

Last but not least, et pour cause : c’est vraiment THE carence pour les végétaliens car elle n’est présente dans AUCUN aliment végétal. Voilà, c’est dit. Attention, les algues contiennent un « clone » de la vitamine B12 mais qui n’a pas du tout la même contribution pour l’organisme.

Comme la vitamine B9, la B12 participe au renouvellement des cellules, particulièrement les globules rouges et la myéline ( qui forme une gaine autour des nerfs, donc une carence en myéline va très gravement affecter le système nerveux entrainant des troubles de la vision pouvant aller jusqu’à la cécité ainsi que dégradation du toucher, sensation de la douleur, bref, la totale ).

Pas d’affolement, toutefois, tant que vous ne déniez pas votre manque d’apport en B12, vous pouvez y remédier et vivre comme tout le monde ! Les omnivores aussi se complémentent en vitamines et minéraux. Je sais pas vous, mais moi j’ai toujours fait des cures d’oligo-éléments et/ou de vitamines à l’entrée de l’hiver avant d’être végétalienne. D’ailleurs, cette année, à la place de ma cure, je suis devenue végétalienne et pour l’instant je ne suis pas tombée malade ( mais je sais que maintenant que je l’ai écrit, les virus vont m’assaillir juste pour leur plaisir sadique de me faire mentir… trop méchant ces virus ! ). Donc, complémentez-vous en B12, amis végétaliens, sinon vous courez droit à votre perte. On ne s’en rend pas compte tout de suite, car l’organisme fait ses réserves de B12 et elles mettent beaucoup de temps à s’épuiser, mais mieux vaut prévenir que guérir. Il existe des ampoules de B12, à prendre une fois tous les 10 jours, ou encore des aliments enrichis en B12 comme la levure Red Star, certains lait de soja, certaines céréales de petit-déjeuner ( mais attention à ces dernières, voire l’article « Petit-déjeuner équilibré » ).

Pour en savoir plus sur la B12 en général ou particulièrement pour les végétaliens et dans la série « on nous cache tout, on nous dit rien » : petit lien sympa qui vous explique que manger de la viande  est une manière déguisée de se complémenter en B12… parce que « manger de la viande, c’est naturel » on le sait tous

 

Petit-déjeuner végétalien équilibré : un vrai casse-tête 2 janvier 2012

Quand j’étais petite, comme beaucoup d’enfants français ( et européens ), je mangeais soit des céréales avec du lait, soit des tartines de beurre et de confiture. Et puis, j’ai continué comme ça jusqu’à commencer la chrono-nutrition, qui préconise de manger gras le matin, je mangeai donc un croque-monsieur tous les matins. En devenant végétalienne, adieu le croque-monsieur, je suis tout naturellement retournée aux céréales et au pain/beurre ou confiture.

Et puis, dernièrement, sur le forum chien auquel je participe ( si, si, un forum chien, vous seriez étonnés de tout ce dont on peut parler sur un forum chien ), quelqu’un a mis en évidence le fait qu’il y a énormément de sucre ( simple) dans les céréales industrielles. Au début, je me croyais à l’abri car je mange du muesli, donc super régime, le truc bon pour la santé et tout et tout. Et puis j’ai regardé l’étiquette. Stupeur et tremblement : non seulement il y a du sucre ( comme ça, rajouté dans la liste des ingrédients, tu sais pas ce qu’il vient y faire, il est le troisième ingrédient après les céréales et les fruits oléagineux quand même, ça représente 20% de la valeur énergétique ) mais en plus il y a de l’huile de palme, ce qui est doublement terrible car premièrement c’est une des seules sources végétales de cholestérol mais en plus c’est la mono-culture qui détruit l’éco-système dans tant d’endroits dans le monde ( rappelez-vous, ils le disent dans « Home » ! tiens, encore un article à écrire sur ce sujet-là ).

Après, j’ai réfléchi ( ouais, y’a des jours j’arrête pas, faut pas croire ) à l’option qui me restait : le pain avec de la confiture. Mais c’est plein de sucre, ce truc, aussi… Bon, j’achète soit des confitures light soit des confitures au sucre de canne, mais quand même qu’est-ce que ça peut m’apporter d’un point de vue nutritionnel ?

Alors j’ai fait ma petite enquête. D’abord, il faut savoir que quand tu tapes « Petit-déjeuner équilibré » sur Google, t’as doctissimo en tête, évidemment ( évidemment ironique, car je ne me demande pourquoi ce site existe ) et ensuite des sites de régimes et un site d’assurance… J’ai pas trop aimé comme sources. Mais j’ai quand même réussi à faire ma sauce.

La liste de ce que doit comporter un petit déjeuner est assez claire et revient sur tous les sites :

  1. Boisson chaude ou froide
  2. Céréales
  3. Produit laitier
  4. Fruit frais ou jus
  5. Matière grasse

Puis, après avoir fouillé un peu, on a les précisions suivantes :

  1. Sucres complexes
  2. Fibres alimentaires
  3. Protéines
  4. Vitamines ( surtout C )
  5. Minéraux ( surtout calcium )

Là, on comprend mieux, mais on sait toujours pas où trouver tout ça…

On re-creuse donc. J’ai pas résolu tous mes problèmes et j’y vois toujours pas très clair mais :

  • Les sucres complexes on peut les trouver dans les céréales, donc dans le pain ou le muesli mais alors fait maison en achetant des flocon d’avoine auxquels on rajoute des oléagineux. On peut aussi les trouver dans les légumineuses, pour moi qui vit en Egypte je peux manger du foul ( purée de fèves ) par exemple. Les falafel aussi, mais ils sont frits donc pas à consommer tous les jours.
  • Les fibres alimentaires se trouvent dans les céréales et les fruits, donc pas de soucis pour elles.
  • Les protéines se trouvent soit dans les produits d’origine animale, c’est pourquoi on recommande souvent un laitage, soit dans les oléagineux ( ça tombe bien, y’en a dans le muesli ), les laits végétaux ( surtout de soja )
  • Les vitamines, on peut aller les chercher dans les fruits frais ou jus, surtout agrumes.
  • Les minéraux, dont calcium, c’est dans les produits animaux ou lait de soja.

Donc, je récapitule. On peut manger du pain avec de la margarine, ou de la confiture, mais ça doit vraiment être une très fine couche et au contraire la tranche de pain doit être épaisse, comme ça on a un bon rapport proportionnel. Ou alors on mange des céréales mais pas celles du commerce, ou en tout cas il faut bien lire les étiquettes. A côté de ça, il faut absolument manger un fruit. Et si on a choisi le pain et non les céréales, on doit compléter pour avoir un apport en minéraux, comme un yaourt de soja par exemple.

Par pitié, si quelqu’un en sait plus, aidez-moi !!

 

Le calcium

Filed under: Santé — Lilou @ 13:18
Tags: , ,

Dialogue de la vie courante :

– Je suis devenue végétalienne.

– Ah ! Mais tu vas manquer de calcium et avoir très tôt de l’ostéoporose !!!

– Non, pas du tout, au contraire les populations qui consomment peu de produits animaux sont les moins sujettes à cette maladie.

– Mais comment tu compenses ?  Notez que la phrase précédente n’a pas été assimilée

– Il y a du calcium dans les légumes à feuilles vertes, les crucifères, dans les légumineuses.

– Mais le lait ??

– Le lait n’est pas un élément normal de l’alimentation.

– Pourtant depuis longtemps on donne du lait de vache aux nourrissons dont la maman ne donne pas assez de lait.

– Oui, aux nourrissons. Le lait est fait pour les nourrissons. Pour les adultes, aucun intérêt.

– Mais moi, je suis un grand enfant !

Fin de la conversation.

J’ai eu cette conversation avec une de mes collègues, que j’apprécie énormément et mon but n’est pas de la tourner en dérision mais là c’était vraiment la conversation qui fait ressortir toutes nos fausses idées, il fallait que je l’écrive.

Donc, déjà vous avez bien compris que si on a peur du manque de calcium c’est à cause de nos os et de cette « nouvelle maladie » qu’est l’ostéoporose. Je mets entre guillemets premièrement c’est « nouveau » parce que notre espérance de vie a augmenté et l’ostéoporose apparaît dans la vieillesse ; deuxièmement ce n’est pas une « maladie » mais une dégénérescence de l’organisme.

Les études sont très claires à ce sujet, je vous réfère à deux articles très bien faits et qui ne sont pas écrits par des végéta*iens :

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=osteoporose_pm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ost%C3%A9oporose

Pour résumer, il y a trois choses à faire pour limiter l’ostéoporose ( limiter et non éviter car en fait ça dépend en grande partie de l’hérédité ) :

  1. Faire de l’exercice physique ( plus précisément ceux qui sollicitent les articulations comme la course, les sauts, le tennis… la natation est bonne pour le cœur mais pour les os elle n’a pas d’intérêt )
  2. Manger des éléments riches en calcium comme : produits laitiers, du saumon (avec les os), de la sardine, des légumes vert foncé ( brocoli, etc. ), des produits à base de soya. Vous remarquerez qu’il n’y a pas que le lait et qu’on peut donc avoir un bon apport de calcium sans consommer de produits animaux.
  3. Avoir un bon apport en vitamine D. Et là, à part dans les poissons très gras ( donc avec un revers de la médaille ) on n’en trouve pas dans l’alimentation. Sauf les produits qui sont enrichis ( lait de vache ou de soja, margarine, huiles, il faut lire sur l’emballage ). Du coup, vous pouvez boire tout le lait que vous voulez, si vous avez pas la vitamine D qui fixe le calcium, ça servira à rien. Une bonne chose pour produire de la vitamine D : se mettre au soleil. Depuis que je suis végétalienne, je prends au moins trois fois par semaine mon petit-déjeuner au soleil. C’est la belle vie, ça me remonte le moral un maximum.

Donc avec ces trois points à faire, on constate que le végéta*ien et l’omnivore sont logés à la même enseigne. Regardons maintenant ce qu’il ne faut pas faire :

  1. Fumer et boire. Bon, rien de nouveau sous le soleil, y’a pas que l’ostéoporose qui est en jeu ici.
  2. Consommer trop de caféine. Présente dans le café mais aussi le thé, le chocolat, les sodas, les boissons énergisantes. A consommer donc avec modération. Maximum une de ses boissons par jour. Plus que ça et vous éliminez trop vos minéraux, calcium mais aussi fer pour les plus importants.
  3. Consommer trop de protéines animales. Comme je l’ai dit dans l’article sur les protéines, leur trop forte consommation entraine une acidité qui fait éliminer les minéraux.
  4. Consommer trop de sucre blanc et de pâtisseries ( à base de sucre blanc et de matières grasses animales ). Même raison que les protéines animales et le café.
  5. Être en sous-poids. Une faible masse corporelle entraine une faible masse osseuse.

Et là vous constatez encore que l’alimentation végéta*ienne n’est pas un facteur de risque. Au contraire, l’alimentation excessivement carnée peut l’être. Notez que le European food information council recommande de ne pas manger de la viande ( qu’elle soit blanche ou rouge ) plus de deux fois par semaine. Le même conseil ne trouve, pour justifier la consommation de lait, que des raisons socioculturelles ( donc habitude, tradition ) et gustatives. Intéressant, non ? Je suis ravie de vous informer qu’il existe des laits végétaux ( soja, oléagineux ) qui ont un goût excellent et on peut même les faire soi-même.