"Ceci n'est pas une rose"

Ne me collez pas d'étiquettes

Billet pressé 5 mai 2012

Filed under: Vie pratique — Lilou @ 14:32
Tags: ,

Non, je n’ai pas oublié mon blog. En fait, au contraire, j’ai plein d’idées d’articles, mais je ne suis pas en condition pour les écrire parce que je suis d’une part en plein dans l’écriture de mon mémoire de Master ( ou pour être tout à fait honnête dans la procrastination de l’écriture de mon mémoire ^^ j’excelle dans l’art de trouver des choses insignifiantes à faire pour ne pas me mettre au boulot ) et d’autre part en pleine réflexion existentielle sur le thème de « serais-je surdouée ? ». Bien prétentieux me direz-vous de se poser une pareille question… Pas vraiment, en fait c’est surtout pour mieux me comprendre et Dieu sait que j’en ai besoin parce que ça tourne pas toujours très rond dans ma boite crânienne. Mais je développerai cette histoire dans un article détaillé.

En attendant, je vous fait d’une découvert que j’ai faite :

J’ai trouvé un supermarché à Helipolis, Roxy plus précisément ( après la place Roxy continuer en direction du parc Mariland et prendre la première à gauche, la rue qui longe le parc, c’est là ), ça s’appelle Royal House. On y trouve trois sections : au sous-sol des meubles, plus particulièrement des chaises et canapés, à droite de l’entrée une partie plutôt bricolage/bazar et à gauche le supermarché en lui-même. Ce n’est pas très grand, mais il y a beaucoup de choix et surtout, ce qui m’intéresse, beaucoup de produits bio. Notamment j’ai ( enfin ) trouvé de la farine de blé complet bio, du sucre roux bio et avec un petit logo « réduction de l’empreinte carbone » ainsi que des fruits et légumes bio. On trouve aussi un large choix de légumineuses : haricots noirs, haricots matpe, haricots azukis et haricots de bambou rouge ( euh, la traduction est nulle, je sais, en anglais c’est « red bamboo bean » j’ai rien trouvé en français qui ressemble à ça de près ou de loin donc je prends toute piste à ce sujet ).

Cela m’a mené à un certain dilemme, quand même, parce que les produits bio ( hormis fruits et légumes ) sont importés de Turquie ou d’Italie notamment. Ce qui signifie transport et donc empreinte carbone… Alors que feriez-vous, si vous n’avez le choix qu’entre bio importé et local non bio ?

 

N’hésitez pas à développer votre opinion dans les commentaires 😉

Publicités
 

2 Responses to “Billet pressé”

  1. Lawre Says:

    Je vois très bien le dilemne, j’ai souvent le même 😉

    Les produits bio dont tu parles ne sont pas importé de très très loin, donc l’impact -s’il est présent- n’est pas catastrophique mais ils ne développeront pas l’économie locale ni les filières courtes.

    Les produits locaux non bio ont cet avantage. Mais les pesticides et les cultures intensives qui y sont certainement liés sont néfastes pour la santé et pour la terre de culture,la qualité de l’eau, etc.

    D’un autre coté, délaisser les filières locales pour du Bio les inciteront à s’y mettre.

    Pour ma part je n’ai pas encore répondu à ce questionnement, j’alterne donc en fonction des produits. Dès que j’achète un produit non local, j’essaie qu’il soit bio.

    Désolée la réponse n’est pas très étayée mais tu as mon avis 😉

  2. Sécotine Says:

    Coucou,

    Contente de découvrir ton blog et ta vie en Egypte. Pas facile d’être végétalien, mais c’est partout pareil ! Perso, je reste flexitarienne (oups pour le terme !), même si je pousse ma petite famille du coté végé. La route est longue …

    Concernant le choix des produits, c’est un vrai casse tête ; la solution la moins pire que j’avais trouvée était le panier hebdomadaire bio ou raisonné, en complétant avec du bio pour les agrumes et les légumes absents du panier, tout en restant de saison et si possible local. Ça me demandait un minimum d’organisation, mais ça roulait.

    Maintenant que j’ai déménagé en région parisienne, toute ma routine alimentaire est à revoir. J’hésite entre la cueillette aux champs (à 10mn de chez moi, mais j’ai des doutes sur les traitements utilisés), ou l’adhésion à une AMAP.. Même si l’offre est importante, difficile de démêler le bon, bio, local, et responsable ! Disons que j’achèterais plutôt une courgette du coin qu’une bio venant d’Italie.

    Enfin, j’avais vu un reportage sur le bio. Étant donné le volume brassé et le peu de contrôle, certains exploitants « s’autorisaient » un traitement chimique en cas de problème. C’était le cas pour les pommes de terre bio d’Egypte.

    A bientôt !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s